Tout ce que vous devez savoir sur l’insémination artificielle et sur les traitements de reproduction assistée

L’insémination artificielle est une des techniques les plus simples de la reproduction médicalement assistée, utilisée depuis des années. Grâce à une très fine aiguille en plastique, le sperme, préalablement traité en laboratoire, est introduit sans douleur dans l’utérus de la femme.

Généralement, la femme se soumet à une légère simulation ovarienne afin d’avoir un numéro optimum de follicules.

Techniques employées:

  • IA avec sperme du partenaire (IAC)
  • IA avec sperme de donneur (IAD)

Insémination artificielle avec sperme du partenaire

Cette technique s’utilise lorsque le sperme du partenaire est apte à la fécondation mais il existe un problème physiologique ou bien chez l’homme, ou bien chez la femme, qui empêche la fécondation. Cela peut être dû par exemple à :

  • Des difficultés à déposer le sperme dans le vagin de par des problèmes d’impuissance, de vaginisme, anomalies du pénis (hypospadias), éjaculation rétrograde.
  • Un diabète avec effet neuropathique, principale cause de l’éjaculation rétrograde.
  • La présence de toxines dans le plasma spermatique ou une altération du spermogramme comme l’oligo-asthénospermie
  • Une stérilité due à une anomalie anatomique du col de l’utérus, une muqueuse cervicale insuffisante ou médiocre.
  • Une stérilité due à un dysfonctionnement ovulatoire ou à une endométriose.

Insémination artificielle avec sperme de donneur

Les principaux candidats à cette technique, basée sur le don anonyme de sperme, sont en grande partie les couples de même sexe, les couples qui ont des problèmes de fertilité et les femmes seules.

La provenance du sperme est la grande différence entre ces deux techniques d’insémination.

Pour les couples hétérosexuels, on utilise l’insémination artificielle avec sperme de donneur dans les cas suivants :

  • Stérilité masculine
  • Cas où il existe un risque important de transmission de maladie héréditaire